Carmen GAADT STEPHAN


 

Mon parcours


Née 1965 , dans la partie allemande de la Roumanie, j’ai vécu à partir de mes 8 ans en Allemagne.
Après beaucoup d’années de danse classique et moderne, j’ai pris le bac et je suis devenue professeur de danse de salon et animatrice de gym.
Puis la fascination du corps et ses mouvements extérieurs et intérieurs m’a emmené dans une formation de danse-thérapie (1988)
Suivi par des études en Psychologie (1991-1995) à Cologne.
N'ayant pas encore trouvé ma juste place professionnelle, l’école de l’EEPSSA m’a accueilli comme élève en Music-Art-et Somato-Therapie (2001-2005). Et là, tout mon parcours a pu s’intégrer et toutes mes connaissances ont pris leur sens.
Depuis 2006 je suis devenue formatrice à l’EEPSSA et thérapeute libérale en cabinet pour les clients en individuel et – avec mon conjoint : thérapie des couples, à Freiburg en Allemagne.
Entre temps le courant spirituel dans la psychothérapie m’a fortement inspiré : Je me suis formée en guérison mentale (par George Paul Huber, CH) et je continue une formation shamanique, par la "Foundation for shamanic studies“ (FSS) de M. Harner en Europe.


Ma façon de travailler

„Le corps d’abord“ est ma plaquette.
Je commence chaque journée de travail avec un centrage, genre exercice respiratoire et centrage mental, puis un réveil corporel.
Par tous les exercices je mène les élèves dans une expérience personnelle pour une compréhension profonde du thème de travail.
La méditation active ou passive nous centre,
Le réveil corporel nous permet de nous rendre disponible à la sensation,
Les exercices nous invitent de faire une (nouvelle) expérience,
Le débriefing favorise l’expression émotionnelle et la prise de conscience,
L’énergie du groupe aide à la transformation.
La théorie et l’explication du protocole permettent l’application et la modulation pour chacun.

Ma façon de guider se base sur le thème proposé de travail, l’énergie du groupe et l’inspiration spontanée par mes guides spirituels.

 

La danse thérapie dans la somatothérapie


Le travail avec le corps montre (pour nous les Somatothérapeutes c'est évident), que les émotions non-exprimées nous causent une tension intérieure et que le corps enregistre un blocage musculaire (voir W. REICH), des "somatisations" par exemple, dans le dos, la nuque, les intestins ou des blocages sexuels.

Avec la danse-thérapie les blocages musculaires sont mis en mouvement, le mouvement détend ou fait mal et fait réapparaître les émotions qui étaient à la base de cette tension.

Ces émotions peuvent être exprimées corporellement et après, dans un travail verbal, par exemple la somatanalyse, la réflexion peut apporter l'intégration du vécu. En danse-thérapie, le corps devient l'instrument à partir duquel on réapprend à être bien dans sa peau, à sortir de sa tête, à retrouver l'énergie de l'enfant.

L'objectif est d'atteindre une unité du corps, de l'esprit et de l'âme.


Applications thérapeutiques


La danse thérapie convient aux gens de tout âge et de toute condition. Plusieurs études ont démontré ses effetsbénéfiques sur

    La santé en générale

    L'image et l'estime de soi

    Le stress, les peurs et l'anxiété

    Les tensions physiques et la douleur chronique


Travail sur les différentes positions de vie


Le travail holanthrope de l'Eepssa souligne souvent les trois positions de vie:

    Seul

    En couple

    En groupe

La danse-thérapie est applicable à tous ces niveaux. Le travail seul favorise la prise de conscience de soi et de son espace. En couple l'expérience de créer des liens affectifs sur un niveau non-verbal encourage la prise de contact. En groupe, la danse-thérapie favorise un sentiment d’appartenance sociale et entraîne l’affirmation de soi devant les autres.


L’art thérapie corporelle - un outil somato -


L’art-thérapie est une forme de thérapie spécifique, qui utilise l’expression du corps - par la voix, les mains ou tout le corps -. Cette expression libre dans un cadre sécurisant permet une expérience libre sans limites (comme un enfant qui joue) dans laquelle une auto-guérison peut se faire. La technique met en applicationl’art et le symbolisme personnel, qui apporte une ouverture directe à l’inconscient.

La parole en plus exprime à la fin l’ultime synthèse d’un travail, et la parole du thérapeute doit toujours être ajustée au processus en cours. «la parole est la mise en musique du corps par l’esprit et l’âme» (Nicole WEIL)

Dans les thérapies d’expression, le transfert est déplacé. C’est la personne qui crée son miroir par lequel elle dialogue avec elle même, et le thérapeute intervient comme accompagnateur et aide le patient à se mettre à distance pour son interprétation et surtout l’intégration.


Déroulement pratique du travail :


Il n’est nullement nécessaire d’être peintre, sculpteur, danseur ou musicien pour laisser parler un crayon, ses mains ou le corps... Au contraire, l’absence d’a priori favorise souvent une approche plus directe.


Population visée :


Cette approche est tout à fait indiquée pour les névrotiques, parce que sans les limites extérieures, il est mis devant ses propres limites.

En l’utilisant avec des psychotiques, elle peut être utile pour limiter et structurer.

 

Les outils:


Le dessin

Il est l’instrument de l’expression libre avec la main droite ou gauche, même avec les deux qui permettent à des énergies d’origines diverses de se rencontrer, se contrer et trouver leur place.

La couleur prise au hasard apporte sa part de langage. L’interprétation doit tenir compte du contexte général du travail en cours.

Par exemple: le rouge peut être l’expression libératrice de la colère ou un autre sentiment violent refoulé, mais il peut être aussi l’expression d’une affirmation nécessaire qui pourra, par exemple, évoluer vers un bleu puissant ou vert rayonnant...

C’est toujours le patient qui «sait»!



L’expression gestuelle ( la danse)

Exercices:

Wave / La Vague

1. Flow / laisser couler: attention au niveau des pieds, enracinement, découvrir l’espace

2. Staccato: se centrer sur le ventre, le feu intérieur, donner des impulsions du bassin et laisser suivre le reste du corps

3. Chaos: se centrer sur le coeur, laisser venir les impulsions librement (lâcher complètement)

4. Lyrical / lyrique: se centrer sur la tête, exprimer ce qui se passe dans le moment présent

5. Stillness / silence: se centrer sur la circulation d’énergie, retour sur soi-même, ressenti, émotions, besoins.

Cet exercice favorise la prise de conscience de soi même et la connexion au sol (enracinement). Il met en évidence les zones «difficiles» et permet ainsi une «lecturedu corps» pour le thérapeute (où l’énergie circule t’elle, où est-elle bloquée?)

Cet exercice permet aussi une harmonisation corporelle et un lâcher prise, qui souvent apporte beaucoup d’énergie positive.

Utilisable pour toute personne;



Les objets flottants

Lorsque la parole n’est pas / plus suffisante pour que le patient puisse approcher sa propre réalité existentielle.

Lorsqu’il apparaît nécessaire de se surprendre soi même et l’autre par l’inattendu.

Par exemple:

se présenter par une carte tirée dans un tas des photos;

Ou en tirer deux: une d’ou je viens et l’autre ou je veux aller;

ou l’une pour mes caractéristiques professionelles et l’autre mes caractéristiques privées;

Ou créer sa propre carte de visite.

L’objet flottant va permettre, du fait qu’il focalise l’attention du sujet sur l’acte à accomplir, de relâcher la maîtrise possible qu’il a dans son corps. Le thérapeute peut à ce moment là, tout en participant avec le patient,observer ce qui se passe et l’utiliser pour la compréhension de l’histoire du sujet.

Cela peut élargir le champs de perception en quelque sorte comme un «révélateur» de ce qui est montré ou dit, selon l’hypothèse que ce qui ne peut pas être dit, qui souvent va être la source des difficultés. Dans une création libre le contenu va être «mis en scène» .

Exercices:

1. Tirer deux cartes, une sur le dos, qui représente le passé / l’inconscient, et une deuxième au choix ouvert, qui représente ou je veux aller.

2. La sculpture humaine

C’est une représentation métaphorique des relations. Elle indique l’état des relations entre les personnes. Les participants de cet exerciceseront considérés comme «de la pâte à modeler».

Le résultat du travail et les informations intermédiaires sont une représentation figée d’un évènement.

ex.: La consigne peut être « représente une situation de ta vie qui te semble être un labyrinthe»;

Ou: comment était la situation quand toi tu as quitté ta famille»

- choisir les personnes présentes historiquement lors de cet évènement

- distribuer les rôles et les placer en situation comme dans un jeu de rôles

- prendre quelqu’un qui représente le sujet dans cet évènement (le sujet peut ainsi s’inclure dans la sculpture)

- à la fin de la mise en place, demander à chacun le ressenti (que les sensations physiques, pas d’interprétation!)

«Que sens-tu à cette place, qui vois tu, es-tu à l’aise, est-ce que tu aimerais faire autre chose?»

- laisser s’ exprimer le protagoniste

- le protagoniste prends sa place

- demander le ressenti de tout le monde (parler de leur vécu)

- on demande au protagoniste, ce qu’il a compris de ce qu chacun a dit de la situation (Le sujet commence le travail interprétatif)

- les participants peuvent communiquer leur propre interprétation

- le thérapeute propose en fin de travail une orientation interprétative, qui ne pourra jamais être considérée comme vérité, mais uniquement comme une «véhicule» dont le patient peut se servir pour accéder à sa vérité.



Bibliographie:

«A la rencontre de SOI» de Nicole Weil, 1994, Edition: le souffle d’or

«la Gestalt, une thérapie du contact» de Serge Ginger, Paris 1990, Edition: Hommes et Groupes ...

Contact | Plan du site | Mentions légales | Coordonnées